Trip Velo en georgie

DSC01235Après tous nos circuits à pied, à moto, en transports locaux, nous avons décidé de nous mettre au vélo, nouveau challenge… ! en avril, on les achète, on s’entraîne les week-end sur les coteaux toulousains et le canal du midi, on s’équipe de sacoches, et matériel de bivouac compacté et le plus léger possible.

Cyclistes nous ne sommes pas et nous apprendrons jour après jour les erreurs à ne plus commettre, les souffrances des dénivelés à 10% du Caucase, du pied à terre quand on pousse le vélo chargé à 15-20kgs, les plaisirs des bivouacs sauvages et des cols franchis…

Quant à la Géorgie, nous nous sommes régalés de la beauté des paysages, la gentillesse et l’accueil des géorgiens, la nature sauvage, les randonnées dans le secteur de Mestia, Ushguli, Varzia…

09-07- 14-07 : Départ de Toulouse le 9 juillet via Lufthansa, qui garantit dans ses infos la prise en charge du vélo, moyennant 50€ par trajet et vélo.

1ère erreur, les croire… car nous partons de Castanet la bouche en cœur et les vélos équipés, pour se retrouver devant le comptoir d’embarquement sans prise en charge spécifique… wrappage rapide et donc sans précaution suffisante, un vélo arrivera à Tbilissi endommagé sur le dérailleur… sans compter les multiples petits chocs sur les poignées, le cadre, etc…

Tbilissi : GH formula one, 50€ la grande chambre avec terrasse privative, quartier populaire derrière Rustaveli, patron arrangeant, accueillant, et qui nous aide à trouver le réparateur adapté : « Go extrême Tbilissi » +995322371884/+995551263737/ beka@bikes.ge

3 jours plein dans la capitale, à pérégriner dans tous les quartiers (ne pas rater la ballade qui part de l’antenne et va dans la pinède jusqu’à la forteresse de Narakala , 1h30 de marche hors pollution), visiter les églises, prendre un bain chaud et sulfureux (N° 5 ok !!), une journée à Mitsheka en Matrouska, puis taxi pour explorer les alentours. (à vélo impossible sans prendre des rocades, autoroutes, échangeurs, on y renonce…). Dîners dans un resto près de l’hôtel, très bon, pas cher et très géorgien, demander au proprio de GH Formula One.

14-07 : Train Tbilissi- Zugdidi, 11€ les 2 tickets, pré réservés de France en créant un compte sur la georgia railways (facile !!), nous paierons une taxe supplémentaire de 5GEL par vélo, le contrôleur nous bloque 2 portes du wagon pour engouffrer nos vélos dans l’espace creux contre ces portes. Nuit en GH : green house, TBien, famille très sympathique qui nous invite à dîner, et nous offre nos bières ! 150GEL la nuit et petit déjeuner, thé, café à disposition, grande terrasse :

+995 599 51 51 29 didisshvlitika@gmail.com

15/O7- 17-07 : 3 jours pour monter jusque Mestia, on commence vraiment l’initiation grimpette/poussette…on passe de 400m à 1500m de dénivelés, avec de belles descentes aussi…qu’il faut ensuite remonter…. 2 bivouacs sauvages le 1er ,10km environ après le barrage, près des ruches.. Le 2ème à DiZI, chez l’habitant, qui nous invite à partager le repas d’anniversaire d’un membre de la famille…Délicieuses Katchapuri…et chacha successives, nous les lâcherons vers 20h pour s’engouffrer dans nos duvets, histoire de pouvoir pédaler droit le lendemain. Nous donnons 15 Gel pour accéder à la douche, à l’eau, et planter la tente dans le jardin.  Arrivée à Mestia sous le cagnat…ça rime…Hotel meli, juste derrière la place centrale et le Lala restaurant, 60GEL la grande chambre, très bonne literie, terrasses, grande salle de bain privative, un seul bémol ; le proprio est rustre et inhospitalier dans un 1er temps…jusqu’à ce que l’on se fâche, sa femme nous dévisage en riant !

18-07 : Randonnée de la croix,très belle ascension que l’on peut pousser si l’on est en jambes jusqu’au lac de Guli.

19-07 : randonnée du glacier, en parcourant les 5 premiers km à vélo. Ballade très agréable, avec un aperçu au pied de la glace très intéressant. et ça change de grimper raide sur nos pieds et non plus sur nos roues !

20-07 : Mestia- Ushguli, 1er col à 2200m. Nous avons la chance d’avoir pu donner nos sacoches à un touriste de notre hôtel, qui monte en taxi avec le proprio de l’hôtel Meli le même jour et accepte notre chargement.  3 nuits à Ushguli cadre haute montagne splendide ! Gamajorba GH : 45GEL par pers en ½ pension très sympa, malgré chambre aveugle. Puis Miranda GH la nuit suivante, plus drastique, mais famille touchante de par sa pauvreté (pas un mot d’anglais), très bonne table. Rando glacier, visite musée et village, pique-nique repos pour se préserver avant l’étape suivante, le col à 2600m ! Nous abandonnons à Miranda notre surplus de vêtements (environ 3kgs qui se délestent…2ème erreur, 2 changes + une tenue contre le froid suffisent)

23-07 : col et descente jusque Mele… sous la pluie, voire neige fondue, épique !!! arrivons mouillés et boueux à l’unique GH de Mélé, TBon accueil, Tbonne table, chambre de la famille car sont déjà arrivés un groupe de 9 cyclistes polonais…des vrais, eux !!! bien équipés avec sacoches étanches (3ème erreur…)

24-07 : nous remettons nos habits mouillés, qui sécheront dans l’étape aisée jusque Lentekhi, 32km de descente/ plat sur piste puis asphalte. Nuit à Leksura GH, Vraiment TBien, la meilleure de toutes ! 50GEL

+99 551535067 mirandaliparteliani@yahoo.com

25-07 : Suite à une information donnée par un jeune couple cyclistes rencontrés par hasard à Zugdidi, nous décidons donc de bifurquer vers la région du Racha, peu explorée, qui reste montagneuse et nous suit aussi de par la beauté de ses paysages. Après 25km de grande descente sur asphalte…Ouh ! Quelle vitesse ! Et sous cagnat à 45°, nous bifurquons juste avant Tsageri vers la gauche, direction Ambrolari..très belle grimpette de 1000 m de dénivelé pour nous rappeler que nous sommes…un peu chargés…et les cuisses raffermies, jusque Orbelli, très belle vue sur les lacs ! A ladzanurgi, bifurcation sur piste vers Chrebolo. Km avant ce village, nous bivouaquons au bord d’une rivière avec mini plage, en nous déviant de 2km de la piste. Baignade et « douche » dans la rivière, pique-nique du soir avec les « suppi » déshydratées, version royco minute soup pas vraiment améliorées… (course à prévoir en amont… peu de boutiques sur le secteur. Nous découvrirons le lendemain matin 2 guest houses sur la route des vins entre Chrebolo (fin de la piste) et Ambrolari…trop tard ! L’office de tourisme d’Ambrolari nous fournit les cartes détaillées du racha. Nous attaquons ensuite 13km de grimpette jusque Nikotsminda, où siège un très joli et ancien monastère, avec des fresques anciennes qui ne nous font pas regretter la montée.. 2km avant il y a une guest-house sympa en apparence, mais nous ne souhaitons pas démarrer la journée du lendemain par de la montée… nous trouvons en questionnant les villageois un logement chez l’habitant, sommaire mais propre, pou 50GEL (pour nous 2!) , à 100m du monastère… douche épique, mais ça fonctionne ! c’est le petit garçon du café d’à côté du monastère qui nous renseigne !

26-07 : descente de 13km jusqu’au lac, magnifique site où nous prenons le temps d’un café turc, avec 2 vieilles dames qui nous chante les avé maria, voix double en parfaite harmonie. Nous apprenons alors qu’un cottage était disponible à la location à cet endroit là…trop tard ! Poursuivons ce qui est censé être en descente, moitié route, moitié chemin caillouteux comme raccourci vers Zesatphoni. Etape de 70km jusqu’à cette grande ville industrielle, très laide, mais dans laquelle nous atterrissons sur une super guest house , Zedaphoni, tenue par un vieux monsieur très accueillant et très arrangeant. 84 GEL la 1/2 pension pour nous 2, une table pantagruélique ! En 1h, il nous dégotte un taxi van pour nos vélos et nous 2 le lendemain jusque Kervinshi, avec un chauffeur débrouillard qui se débrouille pour nous trouver une boutique où acheter la bouteille de gaz adaptée aux bivouacs à venir (100€ le trajet total).

27-07 : taxi donc, puis vélo jusque Varzia, en sinusoïdes montées descentes, 18km ! Route très agréable, qui longe la rivière.

28-29- 30-07 : petite pause à Volodia cottages, un ensemble quoiqu’ un peu grand…très sympa au niveau du cadre, de la chambre, du potager gigantesque que nous surplombons depuis notre terrasse. Très bonne table là aussi, avec la truite au menu. Nous profitons de cette étape dite repos pour randonner jusqu’à la forteresse de Mgovi en longeant la rivière, dans laquelle nous prenons un petit temps de trempage, et visiter les sites troglodytes qui attirent les grands bus des grands groupes, faisant tous une étape pour déjeuner avec la truite d’élevage du Volodia cottages ! Paysage proche de la Cappadoce, en plus sauvage.

31-07 : Varzia- Ninotsminda, 55km.

Les 10 premiers lacets nous feront franchir un dénivelé de 1000m, en 2 km sur pistes caillouteuses, direct dans le vif du sujet de nos choix, rester en montagne jusqu’au dernier moment. Nous parcourons ensuite 20km de piste sur un plateau lunaire, où le pinèdes, les ruches, l’élevage et l’agriculture se côtoient, quelques villages hors du temps..vent de dos ! les 20 derniers km face au vent (et ce sera le cas jusqu’à Tbilissi…) jusqu’ à Ninotsminda sur bonne route asphaltée sont un peu monotones, et nous parvenons dans cette ville frontière, laide, avec l’espoir de trouver un hôtel acceptable, faute e bivouac évident dans le secteur. Nos en trouvons un, hôtel Paravana, juste derrière l’hôtel Ararat, en semi construction, avec une apparence d’hôtel de passe…ou de chantier…mais en fin de compte chambre propre, douche chaude, 60 GEL sans le petit déjeuner, et le patron nous ouvre son garage pour y parquer les vélos. Bien sûr, pas un mot d’anglais, toute la conversation se fait avec le gestes. Nous dînons sur la terrasse d’ un restaurant arménien, qui nous confirme la préférence des menus géorgiens… Nous faisons nos courses en prévoyant la nuit suivante sous tente.

01-08 : Ninotsminda- Lac Paravani, très bonne route, paysages montagneux toujours, puisque nous restons à une altitude oscillant entre 1200 et 1600m, avec les courbes que ce différentiel implique pour le « galbage » de nos cuisses et mollets. Nous trouvons une zone de bivouac magnifique, sur la rive gauche du lac, en empruntant la piste qui le contourne, au milieu des petits fjords qui l’agrémentent. Malgré son altitude à 1600m, le lac n’est pas froid, et nous apprécierons de nous y baigner, et laver.

02-08 : Lac Paravani- village Mégalithe de Akhaliki.

On pensait que cela descendrait après le col à 1923m que nous franchissons assez allègrement, après avoir fini de contourner le lac rive gauche, après tout ce serait logique, Tbilissi plafonne à 600m, et nous sommes à 3 jours de route. Et bien non, la route continue de rester sur crêtes, et ce jusqu’aux derniers 20km avant Tbilissi, donc…on monte, et on descend, et les plats restent faux… Sur cette dernière portion la gestion d e l’eau devient plus délicate, les rivières et fontaines sont taries, il fait chaud, il nous faut prévoir 7 litres d’eau sur un bivouac complet avec anticipation du lendemain matin, hydratation intense oblige. En bon bourgeois propres que nous restons, nous gardons une réserve d’1/2l chacun pour se laver. Nous bivouaquons dans un petit champ arboré, au dessus de la piste qui mène au village des mégalithes, en franchissant à portage de vélo et bagages le gros fossé. Bon emplacement, malgré les moustiques en soirée.

03-08 : à Tsalka, nous prenons la route nord, et faisons le détour jusque Manglisi, agréable commune pleine de parcs, à la lisière du parc naturel Algeti (prometteur lors d’un autre voyage sur une exploration plus approfondie). Il doit être possible de trouver à se loger en dur dans cette commune, nous n’y restons pas, juste le temps d’un pique-nique et de la visite du monastère sacré. Nous faisons provisions de bivouac, avec nos 7l d’eau et parcourrons encore une vingtaine de kms, en ayant toujours l’impression que c’est la dernière côte…nous nous posons dans un champ de blé, , en nous éloignant de la route principale, 10km avant Orbetti, et plantons la tente sur le chemin de terre pour ne pas écraser les épis et rester sur un point culminant, avec une belle vue sur le canyon environnant.

04-08 : dernière étape vers Tbilissi, les 30 premiers kilomètres jusqu’à kodzory continuent sur l’oscillation montagneuse, puis descente non stop jusque Tbilissi, on y pénètre par la route derrière la forteresse, que nous avions d’ailleurs repéré en matchant à notre premier séjour..la boucle est bouclée..

05-08 : dernière journée à Tbilissi, consacrée au démontage et à l’emballage en plastique bull des vélos, agrémentée par la visite du musée d’arts modernes (très beau cadre) , du marché au puces sous le pont sec, de la cathédrale de la trinité, d’un bain sulfureux (bains N°5 ok), d’une bière fraîche sous la clock tower à la bonne heure (19h pour voir sortir les petites animations…comme à Münnich le lendemain pendant notre longue journée de transit.. Les vélos arrivent en plus ou moins bon état, l’un d’entre eux nous est refusé en bagage spécial sur le 2ème vol (petit avion), il transitera comme bagage « normal », après quelques négociations au comptoir de Tbilissi. Là encore nous sommes déçus de la Lufthansa…Blagnac-maison, fin de la 1èere aventure cyclo-georgienne !

Publicités
Cet article, publié dans Photos de Voyage, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Trip Velo en georgie

  1. Noel dit :

    Super. Quelle jeunesse. Mais il n y a pas un moteur cache dans les velo. Hihi hisesnoel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s