Iles Celebes Aout 2011

Sulawesi (4 semaines)

CelebeVol Toulouse- Bruxelles- Kuala Lumpur- Jakarta…assez long Environ 24h de trajet.

A l’aéroport de Kuala Lumpur, nous réservons une chambre en offre promotionnelle dernière minute à l’hôtel Sheraton près de l’aéroport de Jakarta, hors budget (80euros la chambre double) ! Mais pour cette somme, nous avons aussi droit au taxi gratuit qui nous récupère et nous ramène à volonté soit en centre-ville, soit à l’aéroport, un petit déjeuner pantagruélique qui économise (au moins !) un repas, une piscine pour se délasser des longues heures assises, une salle de fitness , et un joli cadre en verdure…, internet gratuit,…donc l’un dans l’autre, pour 24h de transit, c’est à réfléchir car la ville de Jakarta n’a pas beaucoup d’intérêt (pour nous). Et une nuit dans le grand confort n’est jamais désagréable…

Nous enchaînons très vite après nos 24h de luxe un vol pour Kandari, dans la péninsule Sud Est de Sulawesi. Nous sommes persuadés que nous trouverons dans cette région totalement hors sentiers battus, une jolie plage avec bungalows..il n’y a rien sur ce secteur dans nos guides, nous en déduisons un peu crânement que c’est donc une bonne chose…A peine arrivés dans une ville côtière où nous sommes sans aucun doute les seuls touristes étrangers, la pluie se met à tomber, nous atterrissons tant bien que mal dans l’unique guest house à peu près correcte de la ville, avec un gros bac pour se laver et par chance une moustiquaire dans nos sacs à dos, qques gargottes de NasiGoreng nous permettent de manger, les réserves faites au Sheraton commencent à s’épuiser…

Mais nous insistons et prenons dès le lendemain matin l’over-craft pour longer la côte et trouver notre coin de paradis, le seul repéré est complet, mais nous sommes persuadés d’en trouver un autre.

En fait après 2 arrêts, une marche dans une ville voilée avec plusieurs minarets, nous faisons demi-tour, retournons sur Kendari, toujours sous la pluie…retrouvons un hôtel pourri près de la station de bus, une gargote très sympa pour le Nasi goreng, et nous nous entassons dès le lendemain matin dans un taxi collectif prévu pour 7 et nous sommes 11 pour le port de Kolaka. Nous y sommes en début d’après-midi, le ferry part à 19h, le temps de pérégriner dans ce port où encore une fois nous sommes les seuls touristes. Nous acceptons l’offre d’une couchette sur le bâteau, il s’agit effectivement de LA COUCHETTE, un grand matelas collectif en skaï où l’on peut s’allonger, au milieu des familles locales, mais c’est mieux que le pont, à l’abri de la pluie, et l’expérience est plutôt cocasse, les gens ne sont pas hostiles, mais pas engageants non plus.

Arrivée vers minuit au port de Bone, nous y resterons tous les deux tout seuls, au milieu de la jeunesse locale sous une halle perdue au milieu de nulle part, et ce jusqu’à 3h du matin avant de négocier à grand renfort de dessins grattés au sol un taxi pour rejoindre Palopo.

En effet toutes les voitures collectives qui récupèrent les passagers du bateau retournent vers Ujong Pandang, pas de bus non plus pour aller ailleurs.

Bref nous voilà embarqués dans une voiture qui au bout d’1 heure, s’arrête en pleine forêt, il est alors 4h du matin, dans une maison isolée, un plan coupe gorge en apparence…? Mais non, le propriétaire des lieux nous propose de finir la nuit chez lui, avant de repartir au jour avec une nouvelle voiture (qui nous parait effectivement en meilleur état, et un nouveau chauffeur, moins novice aussi, les jeunes de la halle sont en fait des démarcheurs pour les oncles, les pères etc ..).

Nous refusons son offre, désireux d’en finir avec les étapes pittoresques, en fait nous avons quitté Toulouse depuis 5 jours et sommes toujours en trajets, sans s’être posés nulle part… !

La route jusque Palopo nous prendra 12h, notre chauffeur s’arrête aussi pour dormir quand il n’en peut plus, nous traversons des paysages de parc nationaux, sur une grande route à peu près asphaltée et déserte, type route 66, avec de temps en temps des gargotes pour routiers, qui nous servent le café moka, et…le Nasi Goreng. (riz et boulettes pour celles et ceux qui se demandent de quoi nous parlons en terme de gastronomie..).

Arrivée à Palopo, nous enchainerons ensuite sur 3h de route montagneuse en taxi collectifs (toujours 11 pour 7 places) jusqu’au pays Toraja, où nous avons décidé de nous poser plusieurs jours…

Enfin ! Nous trouvons un hôtel sympa avec petite piscine en plein centre de Makale. Nous y passerons 5 jours à pérégriner à pieds, à vélo, en moto, profitant des paysages, de la nature, et des cérémonies Torajas comme il est décrit dans chaque guide.

Si nous avions pris le temps, nous aurions aussi passé quelques nuits dans les alentours, plus haut dans la montagne, vers Restopao. Mais la météo pluvieuse qui nous poursuit depuis notre arrivée nous fait reculer.(il faisait très beau jusqu’à notre arrivée, nous disent les indonésiens…, c’est rare d’avoir autant la pluie à cette saison…pas de chance, quoi !).

Nous prendrons ensuite le bus pour atteindre le lac de Poso, où nous resterons 2 nuits, avec une moto pour nous déplacer, baignades et marche le long des chutes, au bord du lac, on trainasse au marché où l’on s’extasie sur les chauves-souris en vente, et on se pose la question du contenu des boulettes de notre dernier Nasi-Goreng.

Une halte agréable, surtout que le soleil est revenu, d’où nous repartons infestés de punaises, sans le savoir encore…

Nous partageons une voiture taxi pour remonter jusqu’à Poso, où nous passerons une nuit avant de prendre le ferry local pour les iles Toggian. Sans organisation préalable, il faut savoir que le choix de l’île où s’arrêter, des bungalows où se poser, dépendra des infos prises sur le moment, beaucoup de démarcheurs en ce sens, des envies de luxe ou précarité que l’on a, des envies de plongée bouteilles, ou snorkeling, etc…on vit sur ces îles en touristes sur des plages de rêve, en pension complète, avec le poisson pêché au jour le jour, le journées se passent dans la mer, dans un hamac, d’île en île, et plus ou moins avec les gens que vous rencontrez au cours de ces arrêts. Les indonésiens sont bien organisés pour accueillir les touristes, au besoin, ils vous logent chez l’habitant au port d’arrivée, avant de vous répartir vers les bungalows le lendemain matin. Il ne fait pas hésiter à s’éloigner des lieux reconnus sur les guides, il y aura toujours une solution, pour qui aiment le poisson, le riz, la rencontre, et les fonds marins dignes du monde de Némo, le farniente entrecoupés de petites promenades en jungle …quand c’est possible.

Nous avons fait 3 étapes différentes dans ces Iles Togian

Kadidiri (civilisé, mais quelques sorties en bateaux organisés par les guest-house autour d’atolls de toute beauté, que nous avons pu appréciés notamment lors du naufrage d’une de ces sorties… ! rien de grave, juste les sacs au fond de l’eau, et les coups de soleil liés aux heures passées à attendre les secours locaux. Cela n’a pas diminué les démangeaisons liées aux punaises qui ont alors manifesté leur existence, Véro a 100 boutons sur le corps, la prochaine fois, on se munit de bombes anti-punaises pour bombarder les matelas avant, car c’est terrible !

Nous irons ensuite dans une île beaucoup plus isolée à Malenge, nous avons pu y marcher une demi-journée sur le sentier en pleine jungle qui traverse l’île, il faut persévérer pour le découvrir, (mais nous y sommes arrivés) ou se trouver un guide…Juste 3 bungalows sommaires sur une plage paradisiaque.

Puis une dernière étape à Bomba, (très chouette aussi, notamment la famille qui nous accueille sur cette mini île, à quelques minutes de Wakaï.

Nous repartirons de Bomba en pirogues « taxis », affrétées par le propriétaire qui nous ramène sur le « continent » sulawesien.

Nous passerons une nuit dans sa famille, puis prendrons un taxi réservé par ses soins pour rejoindre la ville marchande de Luwuk. Laurent sera obligé de prendre le volant, notre chauffeur a sur- dosé son arak de la veille au soir…

Luwuk est particulière, pas désagréable pour y faire des achats locaux, et retrouver la civilisation à la mode indonésienne, nous y prendrons un avion sur le petit aéroport jusqu’à Macassar, puis à nouveau jusque Jakarta, (Sheraton à nouveau !) et retour en France.

Publicités
Cet article, publié dans Photos de Voyage, Précédents Voyages, Recit Voyage, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Iles Celebes Aout 2011

  1. Rohlala que ça fait drôle de lire votre récit sur cette île qui a été pour nous « le » premier voyage, le déclic en somme!
    Des souvenirs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s