Cambodge Decembre 2009 Janvier 2010

Noêl au Cambodge, 12 jours.
bonzeNous arriverons à Phnom Penh tard dans la nuit par China Airlines après une longue escale à Séoul . Nous y avions réservé la première nuit d’hôtel par internet (pas génial et trop cher donc inutile d’en retrouver la trace), juste pour ne pas galérer à notre arrivée nocturne.
Jours 1-2 : Quel plaisir de trouver de douces températures dès notre arrivée, et une vie active dans tous les bars du centre- ville où nous prenons le temps d’une bière pour en sentir l’atmosphère. Quelques jolies cambodgiennes en quête du touriste blanc lui-même en quête de compagnie, attendent en terrasse le malheureux quémandeur.
Nous passons la journée du lendemain à visiter le marché, à réserver notre bus du lendemain pour Siem Reap, repérer les lieux pour notre prochain passage dans la capitale cambodgienne, et y réserver une guest house avec bicyclettes à louer pour notre retour. Nous pérégrinons doucement dans les rues du musée d’arts modernes, prenant le temps d’admirer les artistes qui exposent leurs œuvres dans les galeries qui l’entourent. Nous sommes dimanche et la plupart des monuments sont fermés.
Jours 3-4-5-6 : quelques heures de bus dans une température glaciale (et il en sera de même dans tous les trajets de bus !) et nous arrivons à Siem Reap, nous y trouvons une guest house après 1 ou 2 essais peu concluants, à 10$ la nuit + breakfast. Il est presque 16h et nous partons réserver nos billets pour le(s) temple(s) d’AngKor en récupérant rapidement 2 bicyclettes. Nous espérons avoir un pass de 3 jours à partir du lendemain, et enchaîner dès 17h pour voir le Bayon au coucher du soleil, comme il est recommandé sur les guides, sans avoir à payer pour entrer dans la zone qui ferme à 18h. L’employée se trompe de date (volontairement ou non ?…) et nous intègre cette dernière heure du jour dans le pass. Malgré nos protestations, il est impossible de leur faire admette leur erreur, et changer la date du ticket émis, très vite alors arrive la police. A plusieurs reprises nous serons confrontés à la bêtise administrative cambodgienne, notamment dans les lieux de visite, assez couteux en règle générale pour les étrangers
Bref devant la force armée, nous sommes tenus de céder, et partons en pédalant rapidement nous confronter à nuit tombante à cette merveille du monde…vraiment merveilleuse. Les 2 jours suivants, nous pérégrinons à vélo, tant dans le secteur principal que les secteurs les plus éloignés.
1er jour de pass : temples principaux et zone centrale + Zones de l’ouest.
Nous avons développé la technique retour by night avec nos lampes frontales : je pédale devant lampe au front, en toute logique, Laurent me « colle à la roue », (J’aime !) et la lampe frontale devient « nuquale », parant tant bien que mal à la folie des chauffeurs routiers du pays.
2ème jour valide du pass : Nous repérons en lisant les interlignes de notre guide, le chemin cendré rouge qui part vers l’est. En traversant les campagnes et les villages, toujours à velo, nous apprécions la vie hors sites touristiques, nous assisterons.. de pas loin.. ! à plusieurs mariages, la vie dans les maisons, les villages, la gentillesse des habitants qui nous renseignent régulièrement sur le chemin à emprunter pour rejoindre le Tonlé Sap, jusqu’à Kampong Thom.
Dans ce village, en nous dirigeant dans les pistes ensablées qui nous rapprochent du lac proprement dit, nous croisons un local en mobylette qui accepte de nous ramener avec nos deux vélos, avec son bateau , via le lac, jusqu’au port d’accès de Siem Reap,et après 2heures de pirogue, et pour 50$. Ainsi nous découvrirons la vie flottante de Tonlé sap, tous seuls, avec notre guide improvisé, en route inverse des bateaux péniches en principe réservés aux touristes en grand groupe, et pour le quart du prix qui leur sont réservés. Nous arriverons à bon port la nuit bien tombée et notre retour jusqu’à la Guest house le long des canaux sera un tandem lampes frontales obligé !
3ème jour : pass révolu puisque !…Nous traînons un peu, réservons notre bus pour la nuit, et passons l’après- midi à la piscine d’un grand hôtel très joli.
Nous voilà prêts à monter dans le bus, départ minuit, arrivée prévue au petit matin pour Kompong Cham, au bord du Mékong, destination guère recherchée par le tourisme. Nous sommes étonnés de voir autant de monde sac à dos en attente, et réalisons au dernier moment que le vendeur de tickets de bus a confondu avec la destination station balnéaire Kompong Som, à croire que notre cambodgien n’est vraiment pas au top. Nous apprendrons par la suite que les 2 villes, à l’opposé l’une de l’autre portaient avant le même nom.
Nous rétablissons le tir, cette fois sans policier et à l’amiable avec la société privée en cheville avec notre guest house, départ différé au lendemain matin.
Kampong Cham, 2 jours : la vie au bord du Mékong, et quelques Wat perdus dans la campagne, vélo toujours, marche, baignade dans le plus grand fleuve du monde. Très peu de touristes, et de fait sans doute le Cambodge traditionnel dans sa structure hôtelière, la guest house unique du village est très sommaire…mais la vue sur le Mékong est garantie !
Retour à Phnom Penh, 3 derniers jours :
Visite des classiques, musées, places, Wat, et sites témoins du régime des Khmers rouges, nous serons très touchés de ce que nous verrons de cette histoire de tortures et crimes. Nous passerons aussi du temps à pédaler dans les alentours dans un rayons de 20km, profitant du Mékong et des villages.
Je crois que nous avons fini notre dernière après-midi avant de prendre l’avion du retour France via Corée, encore une fois ! à la piscine ! mais au moins on s’y repose avant nos longues heures de vol, et on se lave avant de partir !

Publicités
Cet article, publié dans Photos de Voyage, Précédents Voyages, Recit Voyage, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.